Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 17:22

www-toutestici-com.jpgDans l'univers internet, il est souvent question d'intégrer son site dans divers systèmes afin d'augmenter la présence de son site internet. Malheureusement, la plupart du temps, c'est la course à la quantité, et non à la qualité. Or, rien ne sert de mettre son site sur de centaines de procédés qui n'auront qu'un impact léger, peut-être même, selon les nouvelles règles des moteurs, négatif ! Ainsi, un site présente une nouvelle façon de dévoiler son activité web, il se nomme toutestici.com. Voyons cela plus précisément.

 

Faire connaitre son entreprise sur internet.

Toutestici.com est un peu particulier, certes. Bon nombre de fois il a changé sa méthode de visibilité, mais cette fois, il semble avoir une technique appréciable. Avec un site compatible téléphone portable, tablette tactile, au normes CSS3 et HTML5, il change la donne. A notre époque, la visibilité se doit d'être compatible sur bon nombre d'appareils, et toutestici.com le fait très bien. Outre cette nouvelle façon d'attaquer un marché grandissant, son fonctionnement, sa stucture même, va dans le sens de l'évolution en dévoilant une conformité adaptée au monde de l'entreprise internet. Simple, ludique, efficace et conforme à la nouvelle norme, il devient l'outil de communication idéal où votre site devrait se trouver.

 

Un système bien étudié :

Il propose de présenter votre site via une fiche détaillée de votre entreprise. Outre ce procédé, le site s'adapte au fil du temps en créant des catégories "ON DEMAND" pour ne pas noyer les entreprises dans la masse et posséder des catégories vides. L'affichage des différentes rubriques et catégories est assez original, en voici un exemple : http://www.toutestici.com/loisirs-et-vie-pratique.htm En pratiquant ainsi, cela permet d'être parfaitement lisible sur un smartphone, par exemple, même en vertical.

 

Trois possibilités :

La gratuite, toujours disponible, est désormais très sévère quant aux conditions d'intégration. Ce n'est pas plus mal en considérant que le site ne sera pas envahit d'autres concurrents. Il vous faudra donc faire un échange de procédé équitable avec pas moins de 200 caractères, et surtout éviter de noyer "le poisson" dans la masse d'autres échanges.

 

En ce qui concerne les formules payantes, vous aurez deux choix, celui d'avoir votre site présenté en accueil ou non. A vous de juger si oui ou non, vous êtes favorable à ce que votre site possède une bonne visibilité.

 

Vous pourrez aussi, pourquoi pas, pour faire connaitre votre activité et votre entreprise, disposer d'une formule de référencement naturel, et pour ceci, vous devrez passer par un consultant SEO, plus connu sous le nom d'agence généralement. Le monde du positionnement dans les moteurs, à de si nombreuses facettes, à de si nombreux noms, termes, qu'on peut en perdre notre latin... Toutefois, pour une bonne visivilité internet, un meilleur positionnement, cliquez sur le petit lien quelques mots en avant ce ces écrits et découvrez une agence web pouvant éventuellement vous aider à vous fire connaitre sur la toile.

Repost 0
Publié par ThisWeb - dans Société
commenter cet article
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 14:40

hemicycle-8

Il est bien question de notre beau pays et ses perpétuelles divergences entre les différentes personnes censées trouver des solutions pour sortir de la crise. Il était intéressant d'observer cette belle cohésion au sein de nos politiques. Un brouhaha hallucinant, un non-respect des instants de paroles de chacun, un comportement puéril hilarant qu'il était bon de regarder ce jour ! Oui ! Ce sont eux qui gèrent notre belle France. 

 

Quelle honte... autant d'intolérance, d'irrespect et tant de manque de politesse. Voilà donc ce en quoi sont payés nos respectables et honorables politiques, à huer, crier, critiquer le camp adverse, et surtout, ne montrer aucun exemple à la jeunesse de notre pays. Outre l'ennui d'observer ces personnes, qui parfois, dorment, regardent ailleurs, s'intéressent peu au débat, voici donc la nouvelle vague, celle de la confrontation et d'un manque total de cohésion et de respect.

 

Sans aller trop loin dans mes propos habituellement très virulents envers les politiques, je vais donc simplement pleurer notre pauvre France. Je vais donc simplement baisser l'échine et payer de nouvelles taxes ! Des taxes — qui —, bien qu'utiles et nécessaires, seraient acceptables si le gouvernement avait pour objectif réel de montrer l'exemple avec de véritables baisses des frais émanant de leurs activités parfois inutiles et/ou non justifiées. J'ai quelque peu allégé les propos que je désirais écrire ( c'était dur ! ) ^^

 

Certes, des propositions sont en cours pour éventuellement agir sur quelques dépenses du gouvernement, qui, selon les derniers propos enregistrés par mon pauvre cerveau, se verraient mises en application en 2013. Pourquoi attendre ? Ne serait-ce pas là une technique d'apaisement servant à faire passer avant tout, les hausses qu'ils prévoyaient déjà de mettre en place pour nous, pauvres citoyens ? Quoi qu'il en soit, les propositions entendues restent malgré tout bien maigres et ne suffiront pas à alléger les dettes de l'état ! C'est une façon de passer un peu de vaseline avant d'enfiler le suppositoire au Français ! Calmons-les avant de leur annoncer la nouvelle... pourraient-ils dire avec un peu d'imagination ? Nous pourrions tout aussi bien imaginer d'autres propos... « Donnons-leur un petit quelque chose... qui sait... en 2013, la pilule sera passé... on aura plus à intervenir sur nos salaires. » Il s'agit bien là de propos imaginés via un scénario que je me suis amusé à penser. De fait, ne pas me taper s'il vous plait ^^

 

Malheureusement, au vu des comportements de nos politiques, de jour en jour, d'année en année, nous, Français, ne croyons plus, n'écoutons plus, ne regardons plus (ça me rappelle les singes), et ne respectons plus les politiques. Peu importe le parti, bon nombre pensent probablement comme moi, ce qui d'ailleurs, n'en déplaise aux détracteurs, peut expliquer le manque de votants aux élections. Voter ? Oui ! Mais, voter pour quoi, voter pour qui ? Ils sont PRESQUE tous pareils... seuls l'argent, la notoriété et les avantages les intéressent. Voter, certes, avant, cela était évident... il était une époque où le vote avait un sens, ou, par respect, nous le devions pour les gens qui s'étaient battus pour nous délivrer ce droit. Mais, c'est bien triste, les temps changent, les gens évoluent, pensent autrement et ne vont pas gaspiller du temps pour d'autres personnes qui n'en valent pas la peine. Il fut un temps où le vote avait une incidence réelle, une incidence concrète, et importante, malheureusement, désormais, peu importe les gens aux pouvoirs, leurs intérêts passent avant tout le reste. À quoi bon ?

 

Le jour où un politicien venait à me prouver qu'il se bat pour son pays et les citoyens, je serais alors là pour lui. Le vote, le gouvernement, les politiques, sont-ils des éléments encore à leur place à notre époque ? Il faut, c'est une évidence, des dirigeants ! Mais, le système en place au gouvernement, n'aurait-il pas besoin d'être revu ? Comme toutes choses, elles se transforment, elles changent, d'autres disparaissent au profit de nouvelles choses, nouveaux systèmes... Ne serait-il pas temps d'évaluer si « l'algorithme » du gouvernement est encore mis à jour ? Comme un programme informatique... peut-être que la solution proposée, le système en place ne sont plus adaptés à notre civilisation... Est-ce que le vote à un encore une vie nécessaire au vu d'un système défaillant ? Qui oserait rouler avec une Ferrari dotée d'un moteur de 2CV ? Notre civilisation est la Ferrari et le système au gouvernement, une 2CV. Un système basé sur des éléments dépassés, des éléments obsolètes, et plus du tout adaptés ! Le vote est un devoir civique disent certaines personnes, mais, comme dans l'armée, allez-vous continuer à respecter l'ordre de votre supérieur si celui-ci est illogique, si celui-ci met en danger votre vie et celles de vos coéquipiers ?

 

Payer un impôt, oui ! Avec grand plaisir, c'est une nécessité ! C'est une chose primordiale, tout comme l'était le vote à une époque ! Mais que le gouvernement cesse de prendre les Français pour des moutons, des imbéciles, des inutiles et des vaches à lait ! Qu'il montre l'exemple, qu'il agisse réellement dans l'intérêt du pays et de tous les citoyens. Le gouvernement, et d'ailleurs, son président, représentent notre pays, nos citoyens, ils doivent respecter des conditions et des règles qui sont, en premier, de montrer une exemplarité ! Comment expliquer à un jeune de bien se comporter, de respecter les autres, de travailler, alors même que les politiques (l'image du pays, les dirigeants, les personnes importantes) ne montrent pas l'exemple ! Ils s'en mettent plein les poches, et ils demandent aux autres de payer pour eux ! Pauvre pays, pauvre jeunesse... Comme je disais, voter, OUI ! Payer des impôts, OUI ! Mais quand un système possède un engrenage défaillant, il faut le changer ! N'importe quel investisseur intelligent aurait déjà retiré ses fonds, n'importe quel entrepreneur aurait licencié les incompétents. Mais nous, nous continuons, on vote, on paie, on suit le mouvement, BEHEHEHEHEH ^^

 

Voilà pour le petit délire d'un petit auto-entrepreneur en colère contre ces bons à rien à la télévision, cet Hémycicle pollué par des irrespectueux, des incompétents.  Ces gens, nous les payons ! Au fait, je suis aussi un mouton puisque j'ai voté ^^ Toutefois, il n'est jamais trop tard pour se rendre compte de son erreur.

 

Je dirais bien que de toute façon, leurs combats en direct ne servent à rien, mais il faudrait que j'aborde le problème du capitalisme et de son édifice fissuré, mais là, des dents vont fortement grincer. On va donc laisser respirer les détracteurs convaincus de leur gouvernement. Il ne faut pas pousser tata dans les orties quand même ^^

 

À très bientôt.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Publié par VisiGo12 - dans Société
commenter cet article
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 11:09

crise.jpg

C'est la panique, les licenciements pullulent, les sociétés et entreprises crient « famine », les gens n'achètent plus... Quelle misère, quelle tristesse ! Pourtant, qui est en crise réellement ? Où se situe cette fameuse crise financière ? Les médias semblent parler d'une crise presque planétaire, disons que nombre de pays sont touchés par le chaos financier... À vrai dire, il serait bon d'analyser les répercussions sur la vie de tous les jours et sur les gens en général.



Certes, nombre de gens sont la cible de la crise économique, c'est une évidence quasi certaine, mais quel est le facteur déclenchant ? Qui (ou quoi), est la cause, l'élément zéro, le pôle déclencheur. Existe-t-il réellement une crise ayant un réel impact sur des citoyens ? Hormis les personnes touchées directement par un licenciement sec, les autres constatent difficilement ce phénomène de crise, si ce n'est peut-être quelques hausses diverses et variées, et encore...



Où est la crise financière ? Une question qu'il faut se poser ! Il semblerait, sauf erreur, que le taux de fermetures et d'ouvertures des petites entreprises soit assez stable. De ce côté là, des fermetures, il y'en a toujours eu, plus ou moins, ce qui compte, c'est l'équilibre entre ces deux facteurs. L'une ferme et une autre ouvre... Par contre, il est vrai que certaines grosses entreprises ferment, créant par là même, une vague de licenciements. Les statistiques de l'agence pour l'emploi sont vérifiables et alarmantes. Des statistiques ? Encore faudrait-il que celles-ci soient basées sur des éléments concrets, non pas tronqués par des chiffres à maintenir coute que coute... Serait-ce l'éclatement d'une trop grande pression afin de maintenir ces chiffres ? Plus possible de les dissimuler désormais... La baisse du chômage, quelle aubaine ! Quelques emplois précaires inventés pour des occasions particulières, faisant ainsi baisser les statistiques... C'est sans compter toutes les nouvelles directives, contrats spéciaux, règles... qui allaient dans le sens d'une « fausse baisse ». Bref, si on analyse le taux de chômage, il en est à un stade ayant toujours été alarmant, rien de très nouveau. Une augmentation ? Certes, tout de même, c'est un fait ! De là à hurler de terreur... Les choses sont ce qu'elles sont et ce qu'elles étaient, visibles ou non.



Bien que les grosses entreprises, disons, surtout les usines, soient touchées par la crise financière, il est intéressant d'analyser si crise il y'a, ou tout du moins, si elle est aussi féroce que prétendu. Les usines, bien que cela soit triste, ne sont peut-être plus adaptées à la mutation dans le monde du travail. Même si je ne suis pas heureux de voir se fermer ses grosses employeuses, il est une logique implacable, celle de l'évolution professionnelle et des besoins changeants. Ainsi, c'est une suite logique, à laquelle il va être complexe de trouver des solutions. Je plains les politiques...



Mais revenons à nos moutons, car c'est un sujet bien complexe où il faudrait s'attarder sur tous les points, aussi tortueux les uns que les autres, et où les logiques et les analyses seraient longues à expliquer. Ces mots et explications brèves servent uniquement à démontrer plus ou moins que les faits ne sont pas simples, et que ce que vous voyez ne reflète que des routes toutes tracées, des suites d'événements parfaitement explicables, logiques et sans pitié. Toutefois, au vu des emplois crées, des rémunérations, des difficultés, des remplacements par les machines, et j'en passe... combien de temps restait-il pour l'emploi dans ce domaine ?



Maintenant, entrons dans le vif du sujet. Les grands patrons, directeurs, PDG, médias... parlent de crise financière assez virulente. Comment se peut-il alors que des bénéfices colossaux sont enregistrés, et ce, pour nombre d'entreprises ! Je ne cite pas la liste étudiée, surtout celle du CAC 40 justement. Malgré tout, sachez que les licenciements ne sont pas justifiables dans la majorité des cas. La crise, elle a bon dos... Même le secteur automobile, sévèrement touché par la crise, où, effectivement, les prévisions, statistiques et bénéfices sont en fortes baisses, même ce secteur, dans bien des cas (pas tous) affiche des résultats bénéficiaires colossaux !



Il y'a donc de l'argent, et la crise ne se situe pas au niveau des entreprises et des citoyens... La crise serait-elle un problème de dividendes ? Les fins d'années présentent-elles des bénéfices assez conséquents pour délivrer les dividendes à tous les actionnaires ? Bonne question... Il est à craindre, sauf erreur ou mauvaise déduction, que la crise soit au niveau des actionnaires, ne touchant plus les dividendes escomptés. Sur ce principe primaire en découlent des actions pour améliorer les bénéfices, et donc, les dividendes. Ainsi, les vagues de licenciements s'enchainent peut-être, afin d'équilibrer les comptes...



Ce qui est bien triste dans cette histoire; c'est que les « décideurs » se confrontent à un cercle vicieux qui finira un jour par leur revenir en pleine figure. Quand seuls les pauvres subsisteront, quand le pouvoir d'achat sera au plus bas, comment feront-ils pour vendre leurs produits ? En licenciant une personne, c'est un acheteur en moins ! Peu importe où il achète, son pouvoir d'achat est détruit ! Ainsi, le cercle se referme lentement sur ces entreprises, décideurs et actionnaires ne pensant qu'aux dividendes. C'est sans compter les machines, les délocalisations... Notre pays courait ll à sa perte ? Est-ce la fin ? À vous d'en juger, de faire votre propre analyse et de constater que la crise n'existe pas ! Elle est créée involontairement ou volontairement, directement ou indirectement par les actes et décisions de chacun, même des citoyens préférant employer au black... Serions-nous tous responsables ? Dans un premier temps, en tant qu'entrepreneur, je dirais que nous avons une responsabilité !



Amis actionnaires, amis décideurs et amis entrepreneurs, ne serait-il pas plus judicieux de créer de l'emploi pour créer nos ventes futures ? Ne serait-il pas plus judicieux de diminuer nos rémunérations et dividendes dans l'optique d'augmenter notre CA futur par la création de salaires à la hausse et de nouveaux emplois ? À vous de juger, votre futur est lié directement à vos acheteurs, donc, les citoyens employés chez vous et que vous licenciez.



Bien entendu, ceci n'inclut pas les entreprises réellement en difficultés de trésorerie ! Sachez, vous (entreprise déficitaire), que votre problème pourrait bien être lié aux actes des personnes et entités concernées, détruisant vos acheteurs et se détruisant eux-mêmes.

 

 

 

 

Repost 0
Publié par Redactor - dans Société
commenter cet article

Présentation

  • : Informations et news entreprises.
  • Informations et news entreprises.
  • : Blog au service des visiteurs, mais aussi, au service des entreprises. Informations et news des entreprises internet.
  • Contact

Participer ?

Si vous souhaitez afficher une actualité, une information ou toutes autres choses, il suffit de nous contacter, nous pourrons évaluer et écrire un article pour vous selon certaines conditions. Notre clientèle dispose automatiquement de nos articles, bien entendu.

Recherche